Histoire de la Nosclurie au XIX° siècle

Publié le par U Palatinu

Au début du XIX° siècle, la Nosclurie est un royaume dont la capitale est Noscl, incluant l’actuelle Garolie et l’actuelle Julvanie. Les souverains appartiennent depuis le XIII° siècle à la dynastie des Alleda. Par rapport à ses voisins européens, c’est un pays pauvre et archaïque.

 

1815 : Le riche bourgeois Hektor Gargik s’associe avec l’aristocrate Karl von Brogaznoig pour créer la compagnie BG (Gargik-Brogaznoig), premier établissement industriel du pays. En quelques années, celui-ci arrive en situation de quasi-monopole dans tous les domaines d’activité naissants.

1823 : Pour contrebalancer la puissance de BG, le roi Lòrgam VII en appelle au peuple en dotant le pays d’une Assemblée Nationale sur le modèle de ce qui commence à se faire ailleurs en Europe. Plusieurs partis naissent dans la foulée. Gargik réagit en créant le sien, le PP (Parti Principaliste), ainsi nommé pour afficher un soutien empoisonné à la royauté, contre une soumission du monarque.

1824 : Stephàn Galarktrolk, professeur à la faculté de Lanoc, quitte le Parti Républicain pour créer le PC (Parti Conceptualiste), moins libéral, revendiquant une partition du pays entre ses peuples.

1836 : Soulèvement indépendantiste en Garolie. L’armée, faute de solde, refuse d’abord d’intervenir, avant d’être payée par Adriàn Gargik pour écraser la rébellion. Le sentiment national anti-nosclurien s’amplifie en Garolie.

1843 : Le roi Trànsnep XI accepte l’indépendance de la Garolie, contre l’avis du PP et de BG qui le lâchent aussitôt. La rupture se dessine entre les régions montagneuses fidèles au roi, et le reste du pays, dominé par le PP et le PC, désormais farouchement républicains.

1864 : Le roi Klementz III multiplie les réformes, mais en vain ; la plaine ne veut plus de la royauté. Dans un ultime effort, sont créés deux parlements nationaux aux pouvoirs élargis, l’un pour la montagne à Noscl, l’autre pour la plaine à Larana.

1865 : Lavissaric Iplozg (PP) et Aratz Zernir (PC) proposent une Charte de protectorat pour l’unité du pays. Mais le peuple ne veut plus. La Nosclurie est au bord de la guerre civile.

1867 : Au Parlement de Larana, Antòn Eternolk (PC), Yochraus Baglezg (anarchiste), et Brùno Toagolk (PP), proclament l’indépendance de la République de Nosclurie. Klementz III l’accepte et abdique en faveur de son frère. Le Royaume de Nosclurie est rebaptisé "Julvanie", ancien nom régional, et devient une monarchie constitutionnelle.

En Nosclurie, Eternolk est élu Président, Baglezg Premier ministre et Toagolk Ministre de l’Intérieur. Une constitution est écrite qui leur octroie des pouvoirs immenses presque équivalents.

Cohérent avec sa pensée anarchiste, Baglezg démissionne aussitôt. Un bras de fer s’engage entre Eternolk et Toagolk pour son remplacement, gagné par Eternolk qui parvient à faire nommer Zernir à son poste. Toagolk démissionne à son tour, laissant le champ libre à Eternolk.

 

Dans les années suivantes Eternolk laisse le pouvoir à son beau-fils Yannes Tornolk et la vie politique continue, entre PP et PC qui donneront naissance aux quatre grands partis. Un autre parti, ultra marginal, se met en place, le Parti Hégémoniste Nosclurien, revendiquant une réunification de la Nosclurie sous l’égide de la République. Le parti auquel devait, presque un siècle plus tard, appartenir Ibzig…

Commenter cet article